Click here if you are having trouble viewing this message.
Facebook Twitter LinkedIn GooglePlus

EURATOM – Research and Training Programme 2021-2025

EURATOM – Programme de recherche et de formation de la Communauté européenne
de l’énergie atomique (2021-2025)

 
Dear Mr ,


1. The EESC believes that the innovative aspects introduced in the EURATOM programme, such as its simplification, the broadening of objectives (ionising radiation and plant decommissioning), enhanced synergies with the Horizon Europe programme and the possibility of financing education and training actions for researchers (e.g. Marie Skłodowska-Curie) are in line with citizens' expectations and boost the efficiency and effectiveness of the programme.


2. The Committee considers it crucial to manage the United Kingdom's exit from the Euratom programme with the utmost care, particularly with regard to research already in progress, shared infrastructure and the social impact on staff (e.g. working conditions) both on British soil and elsewhere.


3. The EESC considers education – beginning with compulsory education – and training to be an essential factor in attracting young people to scientific and technological subjects. This is critical in terms of increasing the number of European researchers in the sector in the future. Currently there are not sufficient numbers to meet demand from industry and research.


These are amongst the main messages of the EESC opinion on the "EURATOM – Research and Training Programme 2021-2025", adopted at the EESC Plenary session on 12 December 2018. You will find the full text of the opinion in all language versions, as well as additional information, via this link:


opinion



Yours sincerely,


Pierre Jean COULON
President of the TEN Section
Cher M. ,


1. Le CESE considère que les aspects novateurs introduits dans le programme EURATOM, tels que sa simplification, l’élargissement des objectifs (rayonnements ionisants et déclassement des installations), les plus grandes synergies avec le programme Horizon Europe et la possibilité de financer des actions d’enseignement et de formation à destination des chercheurs (comme les actions Marie Skłodowska-Curie), répondent aux attentes des citoyens et renforcent l’efficacité et l’efficience du programme.


2. Concernant le retrait du Royaume-Uni de l’Union, le Comité estime qu’il est essentiel de gérer avec la plus grande vigilance le retrait de ce pays du programme Euratom, en particulier pour ce qui concerne les travaux de recherche déjà entamés, les infrastructures partagées et l’incidence sociale (par exemple, en matière de conditions de travail) sur le personnel présent à l’intérieur comme au dehors du territoire britannique.


3. Le CESE considère que l’éducation, dès l’âge de la scolarité obligatoire, et la formation représentent un facteur essentiel pour rapprocher les jeunes des disciplines scientifiques et technologiques. Il s’agit là d’un élément crucial pour qu’à l’avenir l’Europe compte un plus grand nombre de chercheurs, qui ne sont à l’heure actuelle pas suffisamment nombreux pour répondre à la demande du système de production et de recherche.
 

Tels sont quelques-uns des messages clés de l'avis du CESE sur la "Euratom – Programme de recherche et de formation de la Communauté européenne de l’énergie atomique (2021-2025)", qui a été adopté lors de la session plénière du Comité du 12 décembre 2018. Vous trouverez le texte complet de l'avis dans toutes les versions linguistiques, ainsi que des informations supplémentaires, via ce lien:


 
 

European Economic and Social Committee
Rue Belliard 99, 1040 Bruxelles
 
 
 

Unsubscribe